La radio en direct et en rediffusion sur votre ordinateur
podcast-france-inter-le-masque-et-la-plume jerome Garcin.png
130800 vues
Émission animée sur France Inter par
Jérôme Garcin

Les critiques font de la résistance sur France Inter


Podcast radio classé dans : Loisir -

Écouter et Télécharger le Podcast France Inter Le masque et la plume

Chargement des podcasts
chargement
0
Le masque et la plume livres
Commenter / Réagir télécharger ce podcast
1
Le masque et la plume cinéma théâtre
Commenter / Réagir télécharger ce podcast
2
Le masque et la plume cinéma
Commenter / Réagir télécharger ce podcast
3
Le masque et la plume cinéma
Commenter / Réagir télécharger ce podcast
4
Le masque et la plume livres
Commenter / Réagir télécharger ce podcast
5
Le masque et la plume cinéma
Commenter / Réagir télécharger ce podcast
6
Le masque et la plume théâtre
Commenter / Réagir télécharger ce podcast
7
Le masque et la plume cinéma
Commenter / Réagir télécharger ce podcast
8
Le masque et la plume livres
Commenter / Réagir télécharger ce podcast
9
Le masque et la plume cinéma
Commenter / Réagir télécharger ce podcast
10
Le masque et la plume théâtre
Commenter / Réagir télécharger ce podcast
Vous êtes sur la page pour écouter et télécharger le
Podcast France Inter, Jérôme Garcin, Le masque et la plume ,
une émission de radio catégorisée dans : Loisir -

Commentaires des internautes auditeurs

Le ravissement d'une fan,

Le ravissement d'une fan, particulièrement fan de Jean-Louis Ezine. Cet homme est le sourire du masque et la pointe de la plume. L'émission d'aujourd'hui valait bien que je tinsse bon contre la lectotractation : problème de santé dissimulé par le masque et dégonflé par la plume.

Émission du 16/4/2017

Bonjour,

Je souhaitais réagir à votre avis sur Life... J'ai été stupéfait de voir votre complaisance, qui n'était nuancée que par Jérôme Garcin, envers ce film profondément opportuniste, qui se complaît dans le plagiat épouvantablement lourd et vide de tout sens, quand vous aviez en 2016 massacré Batman V Superman qui, lui, tentait au moins certaines choses. Étonnant de voir vos critiques balayer d'un geste de la main ce qui devrait être le plus insupportable : le manque d'originalité dans le propos, dans le traitement, dans la mise en scène. Un film si plat ne devrait supporter aucun qualificatif positif de votre part quand vous vous permettez par ailleurs tant d'exigence démesurée envers beaucoup d'autres films du genre.

En vous écoutant toutefois toujours avec un grand plaisir,

Adrien Myers Delarue
Rédacteur Cinéma
Smallthings.fr

Rock and Roll

Cher masque et chère plume.
Sur les conseils de Telerama et de Pierre Murat (article signé PM, à moins que ce ne soit Pénélope Macron), nous avons été voir le film de Canet. Un seul mot à en dire : nullissime. Insupportable, nombriliste, des scènes qui n'en finissent pas : le québécois, les bars, la gonflette... A part quelques jeux de mot, rien à sauver dans ce navet intégral qui s'éternise 2 heures.
Le plus mauvais film de l'année en attendant pire. Si vous en parlez lundi, dites à Pierrot qu'il arrête de se shooter.

la vallée des loups

J'ai été voir le film ! malgré votre critique! je me suis régalé d'images d'une qualité et d'une grande beauté, quand à vos réactions et critiques, on se demande vraiment si vous l'avez vu et si vous avez jeté un coup d'oeil au générique : il n'y a aucun caméraman ! il s'est entièrement filmé lui-même, à l'exception de quelques prises de vues par drone . Retournez jouer à la gameboy, vous n'avez absolument rien compris. surtout la "Femme" dont je ne désire même pas connaitre le nom, tellement elle est gourdasse , elle à du dormir les trois quart du film et quelqu'un lui à tapé sur Le Bras à la fin pour la réveiller . Une Certitude, je n'écouterai plus jamais vos C . . .

podcast sur iPhone

Bonjour. Pas de commentaire culturel : rien à redire sur votre fabuleuse émission. En revanche, depuis quelques semaines, impossible de télécharger par wifi le podcast sur mon iphone. Aucun problème, avec le même appareil, les mêmes préférences pour télécharger d'autres émissions d'Inter. Donc il y a bien eu un changement de nature technique de votre côté qu'il convient de corriger. Je suis obligé de repasser par iTunes et donc par l'ordinateur. Merci d'avance.

Divines

Bonjour,

Nous sommes indignées par les propos tenus par l'un des critiques présents à l'enregistrement de l'émission "Le masque et la plume" du dimanche 4 septembre 2016. À propos du film "Divines" réalisé par Houda Benyamina, Eric Neuhoff s'est permis les termes "la noire", pour faire référence à l'actrice Déborah Lukumuena, "la beurette" pour qualifier l'actrice Oulaya Amamra et enfin "la fille" pour parler de la réalisatrice Houda Benyamina. Ces propos, à la fois racistes et sexistes, sont impropres à la critique professionnelle d'une oeuvre artistique et sont absolument inadmissibles à la radio. Ils portent atteinte à la dignité de ces trois artistes et de leur travail ainsi qu'à toutes les personnes qui s'identifient à elles.

Divines

Toujours sans réponse ni à mon mail, ni à mon message Face book : J'ai eu honte dimanche en écoutant le masque et la plume et les propos d'Eric Neuhoff (merci à Xavier Leherpeur qui a heureusement recadré le "journaliste" du Figaro).
Eric Neuhoff du Figaro s'excusera t'il d'avoir évoqué - dimanche 4 septembre (temps 19:21 du podcast) - deux actrices du film "divines" en parlant de "la noire" et de "la beurette" ? Pas certain ... la pensée raciste, de droite extrême et d’extrême droite se propage partout. Il faut dénoncer cela toujours.
Espoir que France inter au moins saura dire quelque chose...Et Jérôme Garcin, vous dormiez quand Neuhoff parlait ? https://www.facebook.com/PrevostH

au sujet de Non Demon

Cher masque,
Pas souvent que vos avis souvent divisés n'ont fait unanimité sur un film que j'ai tant aimé ; pas souvent qu'un film me pousse à écrire tant il m'a subjugué, le premier film depuis "Under The Skin" qui me secoue autant (il était temps !): chers auditeurs, n'écoutez pas vos critiques adorés qui ont été trop ébloui et courez voir Neon Demon, qui convoque les fantômes de Lynch et Kubrick pour proposer un film personnel, un écrin total, somptueux cauchemar aux images inoubliables, à la beauté obsessionnelle, à la puissance visuelle et sonore inédite. Le plus beau film de son réalisateur et déjà de l'année, un film aux images qui hantent et qui reste durablement en tête. Cher masque vous Avez vu le Demon, pas le Neon, trant de beauté voua échappé. Renez-vous dans 10 ans pour réhabiliter ce chef(d'oeuvre. Bien à vous, un cinéphile exploitant qui vous aime quand même.

espece

il suffit de dire une sorte au lieu de espece ,ainsi plus de probleme avec ce mot pour cette dame

Les Innocentes

Un film encensé par des commentateurs.
Reconnaissons les performances des actrices en nonnes pour leur interprétation complexe avec le peu d'exposition et la retenue. Une musique intéressante, Une mise en scène correcte mais un scénario un rien dérisoire au regard du sujet. Le juif et la fille de communiste au sein de la Pologne cde l'après guerre c'est un rien too much. La problématique mystique de ces religieuses n'est pas totalement traitée. Le suicide (négation du message chrétien) d'une religieuse est traité sur le seul mode de la seule émotions... Dommage c'était un super sujet et de supers actrices

Le vélo cylo-club de Saint Mandé & Alain Rioux

Cher Alain Rioux. Moi aussi je baigne dans les endorphines du vélo, sauf qu'il semble que nous ne faisions pas partie de la même espèce de coureur. Je vous imagine bien de ceux qui se rangent derrière le peloton pour ne pas se fatiguer. Vous "prendriez des relais" comme on dit dans le jargon du cyclisme, vous auriez le courage de répondre au courrier des auditeurs choqués par votre mépris du spectateur qui, selon vous, a tord de ne pas aimer le dernier film de Woody Allen. Comme vous avez la tête dur, je sais que vous ne le ferez pas. Alors je vous adresse la sacro-sainte parole de Woody Allen qui, parlant de son film Manhattan qu'il n'avait pas aimé, avait confessé ouvertement: "Je devrais peut-être la boucler et m'estimer heureux, je ne peux pas argumenter sur mes films: j'estime que tout spectateur, quelle que soit son opinion, a toujours raison". Puisque votre pensée va à l'encontre même de celui que vous idolâtrez, peut-être aurez vous le courage de pédaler enfin comme un champion et de vous excuser d'avoir méprisé le spectateur le temps d'un égarement.

Pour Eric NEUHOFF à propos de "Vincent n'a pas d'écailles

émission du Dimanche 22 Fev 2015 20:00 : Pour celui qui n'a RIEN compris à ce film et confond son métier de critique cinématographique avec une pure méchanceté prétentieuse, voici la critique parue pour les cinémas UTOPIA. Un exemple d'intelligence dont il ferait bien de s'inspirer !!!
"C'est par le charme de la légèreté, de l'humilité et de l'intelligence que séduit cette irrésistible fable en forme de comédie. Un éloge de la différence et de l'espièglerie fait de trois fois rien mais qui, autour de quelques très bonnes idées, sait garder toute sa capacité d'émerveillement et de générosité. À l'heure où la comédie française s'encombre de succès lourdauds et d'une vulgarité parfois embarrassante, ce premier long métrage, héritier de ceux de Buster Keaton et de Jacques Tati, expose son modeste mais tenace esprit de résistance. Pour notre plus grand plaisir !

Vincent n'a pas d'écailles, et c'est bien là son grand tracas. S'il en avait, il vivrait sans doute dans les rivières et dans les lacs des splendides gorges du Verdon, où se déroule le film. Mais voilà, il n'en a pas, ce qui le condamne à vivre dans sa peau de svelte quarantenaire, parmi les autres êtres humains. On ne tarde d'ailleurs pas à comprendre pourquoi il vient tout juste de s'installer dans ces contrées : les grands espaces naturels et l'affluence très modérée de l'arrière-pays lui permettent de vivre sa différence à l'écart. Car Vincent a un secret : au contact de l'eau, sa force se décuple. Il est plus rapide, plus puissant, plus résistant. Il faut le voir traverser les vastes étendues en quelques brasses, se propulser au dessus de la surface par un simple battement de pieds : un vrai dauphin ! Même en dehors de l'eau, il suffit que quelques gouttes le touchent pour lui donner des facultés hors du commun.


Ce que la mise en scène a de drôlement astucieux, c'est qu'elle évite soigneusement toute surenchère en pariant sur la sobriété. A cet égard, Vincent n'a pas d'écailles peut être vu comme un savoureux détournement du film de super-héros, où le minimalisme tranche avec le caractère surnaturel des situations. Ici, point de mission à accomplir ou d'humanité à sauver : Vincent est un homme simple et discret. S'il a emménagé dans un petit village paisible, en acceptant un modeste job d'ouvrier de chantier, c'est dans le seul but, le soir venu, de cabrioler dans les eaux et vivre à plein son secret. Mais la solitude de ce grand taiseux est vite trompée par sa rencontre avec la belle Lucie. Sa spontanéité et la simplicité de leur relation amoureuse suffira-t-elle à donner à Vincent suffisamment confiance en lui ? D'autant qu'un épisode malencontreux, au cours duquel notre héros aquaphile est contraint d'user de son super-pouvoir, risque de compliquer les choses…

C'est un véritable bonheur de voir un jeune auteur s'emparer avec autant de malice et de frontalité du registre fantastique pour le décliner en une délicieuse comédie. Thomas Salvador (par ailleurs acrobate, alpiniste et danseur), qui a écrit et réalisé le film, prête au personnage de Vincent sa longue silhouette, avec un souci du langage corporel qui renoue avec la tradition des grands auteurs-interprètes burlesques. La maîtrise d'un rythme bien tempéré, l'économie des dialogues et l'art de l'épure qui se dégagent de ce film en font une œuvre aussi singulière qu'attachante. Modestement, Vincent n'a pas d'écailles revendique le droit à la fantaisie, l'envie de croire et le pouvoir d'aimer. Avec ses 1h18, le film s'échappe comme par magie de la même manière qu'il est apparu : sur un air de folie douce et de liberté."

On ne peut que conseiller à M. NEUHOFF de changer de métier !!!

50 nuances de gray

La présentation de ce film par J.GARCIN est sidérante. Il souhaite s'en débarasser au plus vite en indiquant dans les préliminaires qu'(il)" n'a pas l'honneur de connaitre la filmographie ni l'histoire" de la réalisatrice Sam Taylor (Taylor) Johnson Quel aveu d'ignorance au sujet d'une femme dont le film qui précède (Nowhere Boy) n'est pas passé inaperçu et dont le travail de photographe a été présenté dans le monde entier. Après cela, vous êtes proprement sidérés par la fréquentation en salles. relisez les Précieuses ridicules avant la prochaine émission svp.

superbe sélection

Je suis déconcertée par la sélection de livres de ce soir (le 4 01)
Le livre de V desplanques ok mais alors celui de Philippe Besson !!! " je ne vois pas l'intérêt de ce livre "dit un de vous ...alors quel est l'intérêt d'en parler !!! le livre de Justine Levy ...le même récit sans intérêt que le dernier et l'avant dernier livre qu'elle a écrit , ..La comparer à Proust ... et mieux elle trouve ça Novateur la dame (sa copine ??) ..n'importe quoi !!
Je viens de terminer "Dans le silence du vent" de Louise Erdrich (Albin Michel) Vous connaissez ? Non? c'est pourtant de la vraie littérature ..evidemment ça dépasse le petit monde parisien. La sélection de ce soir c'est: pour parler comme certains d'entre vous une sélection de merde .Lévy,Bresson,Godard,JeanPierre Leo et les autres "Becassine en patins a roulettes" le roman de l'homo qui change de sexe... On s'en fiche On voudrait de la vraie littérature et pas des chroniques de Paris Match Rectifier pour 2015 SVP. Oui "C'est une année qui commence trés mal" je ferme la radio

Introduction du masque et la plume

Bonsoir
Il n'y a pas que Simon et .... De 10 et 12 ans qui écoutent votre émission : notre fille l'écoute depuis qu'elle a trois ans et elle en a aujourd'hui 13 !
Bonne émission

Le masque et la plume du dimanche 11 mai

Je me permets , comme précisé a la page 69 de son roman, de vous reprendre sur la prononciation du patronyme Millet / mi lé.
Merci pour vos émissions

Vote film 2013

Voici mon vote pour 2013:
film français: Alceste à bicyclette
film étranger: Hannah Arendt

livres

dommage que le podcast marche aussi malvous suit depuis des années et les oreilles ne suivent hélas pas alors améliorez le pod-cast, vous aime tous!!! un petit plus pour olivia patricia et nelly cela va de soit bien que !!!michel (les 2 mondes) et ce brave râleur de poto-combo ne sont pas mals non plus en définitif vous aime tous..Soyez rassurés on s'amuse bcq avec vous passe une bonne heure

vote pour les films français & étranger 2011

Film Français : "L'Apollonide" de Bertrand Bonello
Film étranger : "Take shelter", de Jeff Nichols

application france inter via IPhone

Quel dommage que l'on Puisse si mal écouter vos émissions via l'application France inter sur l'iPhone 4'!!!
De plus, les postcast s'interromptent régulièrement !
Ce qui n'est pas le cas des autres applications de fréquences radios!!
Est-il prévu des améliorations très prochainement??

Cordialement
Une auditrice

Publier une réaction

The content of this field is kept private and will not be shown publicly.
To prevent automated spam submissions leave this field empty.


podcast RFI Revue de presse Afrique avec Frédéric Couteau et Gilles Moreau
écouter les rediffusions de l'émission