La radio en direct et en rediffusion sur votre ordinateur



La pêche est-elle pecheresse ?

Bonjour,
En tant que Guilviniste très attaché au milieu de la pêche, je me permets de réagir aux propos De Claire Nouvian dans votre émission de samedi dernier. Claire Nouvian a raison d'évoquer la surcapacité des outils de production, d'évoquer la mort de la pêche vivrière en Afrique lié au pillage des fonds par des flottes industrielles. Mais ses propos manquent de nuances et ne tiennent pas compte des énormes efforts faits de puis 20 ans par l'ensemble des flottes européennes, même si de réels efforts restent encore à faire. La réduction de moitié de la flotte de pêche européenne depuis les années 70, qui n'a pas été sans conséquence économiques et sociales, se doit d'être souligné même par un écologiste convaincu. L'objectif européen de rendement maximum durable (RMD) est en passe d'être atteint pour de nombreuses espèces et les efforts doivent être poursuivis. Les pêcheurs, de plus en plus conscients des efforts qu'ils doivent réaliser pour sauver leur gagne-pain, se sentiraient plus écologistes s'ils voyaient leurs effort reconnus. Malheureusement ce qu'ils entendent est trop souvent un discours catastrophiste et démobilisant. Ils se sentent trop souvent les victimes expiatoires d'une société qui a mauvaise conscience. Ecartons aussi le discours trop simpliste de Mme Nouvian concernant la pêche industrielle vouée aux gémonies. "Il faudrait défricher plusieurs fois la forêt amazonienne s'il fallait remplacer les protéines marines par des protéines terrestres" nous précisait il y a quelques mois un célèbre halieute canadien très indépendant des lobbies, venu faire une conférence à Lorient. Le discours simpliste des écologistes qui consiste à dire que la pêche artisanale c'est bien et que la pêche industrielle c'est mal est extrêmement délétère. Nourrir la planète passe par l'obligation d'avoir des bateaux suffisamment puissants pour pouvoir pêcher au large des poissons adultes. La pêche artisanale ne peut que pêcher près des côtes et de ce fait réalise davantage de pêches accessoires de poissons immatures par le simple fait de sa proximité avec la côte. Une pêche artisanale mal maîtrisée peut faire plus de mal qu'une pêche industrielle bien gérée. Rappelons à ce propos que selon IFREMER, qu'on ne peut soupçonner d'être inféodé aux lobbies industriels, la pêche des grand fonds, si décriée par mme Nouvian au point de la faire interdire, avait été jugée, par cet organisme, soutenable et bien gérée, une pêche ayant le taux de rejet le plus faible. Les pêcheurs sont en mer, ils essaient de vivre honnêtement de leur métier, ils ne font pas de discours à la radio. On aimerait les entendre plus souvent, avoir leur point de vue, enrichir notre réflexion.

Ecouter ou télécharger les podcasts CO2 mon Amour