La radio en direct et en rediffusion sur votre ordinateur

Point sur la campagne présidentielle et prochaine Loi du Travail d' E.Macron

Par NICSTEL Le 08-05-2017 - 23:00
Point de vue

Tout à fait d'accord avec lepoint de vue exprimé par auditeurs dans l'émission de Nicolas Domorand selon lesquels tous les candidats à la Présidence de la République n'ont pas été également traités et commentés dans l'impartialité.
 
Ainsi, il n'y a pas eu égalité de traitement et d'analyse critique selon les invités  par les journalistes et chroniqueurs habituels intervenant notamment le matiin dans le cadre du 7/9 de Patrick COHEN, et selon les invités choisis, bien que j'écoute et apprécie chaque matin son émission.
 
D'une manière générale, Il semblait ressortir qu'Emmanuel MACRON avait en général leur faveur de promotion et qu'étaient dédaignés ceux critiquant le système de l'ultra libéralisme, la mondialisation, le régime européen en place suggérant sa remise en cause avec prise de risques en résultant.
 
Il est regrettable qu'aucune  analyse impartiale, exhaustive et  contradictoire et comparative de fond de leurs propositions ne soit réalisée.
 
Quel dommage que la voix et l'analyse critique et humaine de Bernard MARIS se soit éteinte et qu'elle n'est pas été remplacée par celle d'avis comparable sur l'antenne. Il doit en exister.
 
De même pourquoi entendre toujours chaque matin que l'analyse économique de Dominique "CE", excusez pour l'orthographe ignorée de son nom, sans qu'aucune contradiction n'y soit apportée ou alternance ?
 
Heureusement qu'il y a sur l'antenne le samedi matin l'émission économique intéressante, exhaustive et contradictoire, CARREFOUR DE L'ECONOMIE où les deux débatteurs sont d'avis différents et les expriment dans la courtoisie et l'humour, faisant défaut ainsi que modestie chez beaucoup d' interwieuveurs, et ceux posant des questions mais ne laissant pas répondre, ciritque faite indépendamment de FRANCE INTER.
 
Y aura-t-il avant les législatives une analyse exhaustive  du programme que veut mettre en oeuvre Emmanuel MACRON, notamment sur la remise en cause du Code du Travail ?
 
Prévoir plafonner à 6 mois de salaire l'indemnité de rupture pouvant être allouée aux salariés licenciés pour tout dédommagement quelles qu'en soient les circonstances  est injuste et révoltant :
toutes les situations ne se ressemblent pas et les conséquences peuvent être beaucoup plus douloureuses et spoliatrices selon les salariés licenciés et la cause de leur licenciement et le comportement du "licencieur", notamment lorsque sans cause réelle et sérieuse, l'âge et l'ancienneté du salarié licencié.
 
Ceux d'un certain âge, avec une expérience certaine, ne retrouveront jamais un travail dans le contexte actuel mondial.
 
Ainsi, il voudrait remettre en cause la limitation rejetée dans le cadre de la loi EL KOMRI qui ouvre la voie aux entrepreneurs de licencier à bon compte des salariés anciens percevant un salaire considéré majeur pour être aisément remplacés par des jeunes diplômés payés au SMIC.
 
C'est les soumettre à brève échéance à la précarité, puis pour certains la misère et la rue, à l'issue des indemnités de chômage à durée réduite et épuisement des secours, dont une formation autre adaptée à leur cas sera vaine vu leur âge, situation donc transférée à la charge de la collectivité  et au bon vouloir des pouvoirs publics.
 
C'est d'autant plus choquant que des cadres dirigeants, très supérieurs très bien introduits, même ayant peu apporté à l'essor de l'Entreprise et ses employés, et avec  peu d'ancienneté partent avec des ponts d'or, des indemnités cumulées exorbitantes et indécentes.
 
Pourquoi pour eux ne pas légiférer pour les limiter et ainsi préserver la trésorerie des enreprises ?
 
Il serait intéressant de savoir si M. Emmanuel MACRON, a perçu des indemnités de départ lorsque qu'il a quitté la Banque ROTCHILD et de combien ?
Savoir s'il s'est appliqué à lui-même ce qu'il préconise pour les autres...Un tel débat devrait être soulevé par les journalistes
 
Il faut protéger les salariés selon les situations en envisageant par exemple plusieurs seuils plafonnés d'indemnisations selon les situations envisageables , d'ancienneté, d'âge, moyens de l'entreprise, en s'inspirant des palliers mis en oeuvre pour les indemnités de licenciement stricto sensu, afin d'aboutir à des indemnisations adaptées aux situations de rupture et prise en compte de l'importance des entreprises en cause.
 
Un  entrepreneur individuel ayant peu de moyens ne doit pas être exposé  à être ruiné par une rupture de contrat de travail jugée lui être imputable, comme ce peut être le cas actuellement.
 
Il faut pallier aux excès mais rien qu'aux excès.
 
Il faudrait prévoir plusieurs seuils mesurés dans l'intérêt de chacune des parties et non pas uniformisés.
Il faut prendre en compte les circonstances, le préjudice subi de telle sorte  que le principe du droit dela responsabilité soit respecté : 
tout fait volontaire de l'homme causant à autrui un dommage devant l'obliger à le réparere en fonction de ses moyens.
 
AUTRE QUESTION : l'exclusions de l'ISF que pour les possessions de titres, d'actions d'entreprises, n'est ce pas une mesure  favorisant essentiellement des habitués bien introduits dans le monde de la finance et experts en spéculation, les grandes familles  ?
 
Les propriétaires d'immobilier d'habitation loué ne sont pas des rentiers. Ils permettent de pallier à l'absence de production de logements par les pouvoirs publics.
Ils sont tenus d'obligations et dépenses d'entretiens et réparations, de tenues de comptes, subissent pour beaucoup des impayés et dégradations de leurs biens, des remises en état à financer compte tenu des obligations qui leur incombent pour relouer, paient des impôts sur revenus fonciers devant être comptabilisés...
 
C'est du travail qui participe à la vie économique et qui rend aussi service à la nation et à l'Etat.
 

Education Céline alvarez

Par geneviève Wagner.V Le 21-09-2016 - 11:11

Céline Alvarez applique spontanément, les informations intuitives qu'elles a acquises de son expérience personnelle d'élève, puis d'étudante  , d'individu empathique , relationnel, , positif et espérant en l'avenir...etc ... (qualités  primodiales et nécesaires à tout enseignant).
 
Céline cite les sciences cognitives  ( at-elle dit ..j'ai pris en cours d'emission  ) que notre néocortex frontal où siègent les aptitudes fonctionnelles  de notre  HUmanité potentielle  ( seulement potentielle ... car à valider par l'environnement rencontré ) n' a eté programmé pour rien à  l'avance ... (réseaux neuronux à  creer en permanence ...
 
30.000 connections nouvelleschaque seconde ) . ET ce ...justement pour pouvoir s'adapter à 100%  ! à  la QUALITE sensorielle, affective , intellectuelle et spirituelle rencontées...
 
Nous sommes donc responsable de notre propre humanisation, MAIS ... sur au moins 3 générations. -->  (1  savoir ce que l'on a fait de nous (  = génération N -1 et N -n passées  ), 2 avoir compris ce que j'en ai fait  (moi même generation N ) 3 avoir acquis le principe de responsabilité cognitive j'explique --> l'environnement N+1 que je crée pour la génération suivante est de ma seule responsbilité .
 
POUR SIMPLIFIER notre cerveau est une merveille de l'Evolution biologique : il possède en lui même le principe d'équité  (on possède tous un cerveau multi potentiels  ) et une cerveau adapté au principe de  Responsabilité ...ETRE RESPONSABLE  de soi, de ses congénères, de son environnement , de leur evolution ...bref nous avons aussi un cerveau philosophe et spirituel à éduquer ...  ETC...

Dégradation de la relation parent professeur

Par Loem Le 15-09-2016 - 08:16
Témoignage

J'ai regrette votre vision trop unilaterale de la dégradation relation parent-professeur.
J'ai eu une expérience pdt plusieurs années en medecine scolaire et je suis affolée par plusieurs témoignages (humiliation, erreur pédagogique, desinvolture..)
Ex. :

  • le professeur qui mange et boit en classe!
  • des professeurs régulièrement en retard
  • les réflexions :"tu serais illettre , je ne serais pas étonné" devant la classe parce que l'éléve a ecrit au tableau "cet" au lieu de "c'est".
  • "Apprenez lui les tables de multiplications je n'ai pas de temps à consacrer j'ai en charge des sections S" élève dyscalculique connu (PAI avait été fait pour info du handicap)
  • Anotation sur la copie : "2/20 illisible" maman désespérée pour son enfant qui est dyspraxique et qui avait fait un PAI donc handicap parfaitement connu par le professeur (nécessitait donc de rendre sa copie sur ordinateur)

 
Je pense que l'étude qui montre une dégradation de la relation et des professeurs victimes des parents devrait être faite dans les deux sens en s'interessant à la souffrance de certains élèves.
 
Certains professeurs ne remplissent pas leur fonction et sont délétères. Je regrette l'impuissance des autorités compétentes et le simple déplacement lorsque le pb est trop important.
 
Face à cette dégradation il semble urgent de réagir et de trouver de nouvelles solutions pour que le professeur et l'élève puissent s'épanouir de façon réciproque (Formation psychologique, formation au handicap et travail pluridisciplinaire...)
Je vous remercie par avance pour l'attention que vous porterez à ce message.
Loem.

Questions politiques avec Emmanuel Macron

Par AUGEREAU Didier Le 04-09-2016 - 15:38
Point de vue

Macron du nouveau, Demorand l'ancienne école. Je ne suis pas partisan de tel ou tel parti politique. J'ai écouté ce midi E. MACRON car il semble proposer une nouvelle approche de la politique.
 
Peut-être moins d'égo et plus d'écoute envers les Français. J'ai trouvé vraiment déplacée la façon dont il a été accueilli par Nicolas Demorand. A la limite de l'impolitesse, interrompant son invité, prenant parti alors que ce n'est pas son rôle. E MACRON essaie de parler politique d'une autre façon et Demorand s'embourbe dans des questions comme on est fatigué d'en entendre.
 
Il reproche à Macron de passer dans Closer alors que lui même pose des questions et a une attitude de journaliste de presse à sensation. On reproche aux journalistes d'aimer ce qui pue car c'est ce qui fait vendre, et là, on est en plein dedans.
 
Je n'écoutais plus France Inter le matin quand c'était Demorant qui était aux manettes, j'ai vraiment été déçu de retrouver le même aujourd'hui. A quand les questions intelligentes et non pas les questions pièges qui ne font pas avancer le débat ?

La couverture médiatique des évènements de Bruxelles

Par Gilles Le 28-03-2016 - 21:32

J'ai 62 ans et me souviens avoir manifesté contre la guerre du Vietnam.

A l'époque beaucoup d'entre nous prétendaient qu'il s'agissait d'une guerre impérialiste.

Je vous pose la question, tout en sachant que comparaison n'est pas raison , n'y a t-il pas une ressemblance avec la même attitude impérialiste que nous reprochions aux américains dans ce combat frénétique que nous prétendons mener contre Daesch ?

Sommes nous certains que nos prétendues frappes chirurgicales ne tuent pas autant de civils que le faisaient les bombardiers américains ?

Quels intérêts réels défendons nous ?

Je vois peu de tentatives d'explications et de mise en perspective de vos commentaires de vos illustres invitées qui n'ont d’illustres que leurs prétentions...

L'information nous submerge tous azimut, et s'apparente aujourd'hui à une véritable propagande mais avec quel regard ?

J'entends peu sur votre antenne de voies discordantes ou appelant à minima à de la prudence dans l'analyse.Regrettable de la part d'une radio comme la votre que j'apprécie par ailleurs. Dommage.

LE DROIT DE PENSER sur LA LOI TRAVAIL

Par Seashell Le 05-03-2016 - 15:12

J'ai écouté votre émission avec beaucoup d'intérêt. J'aurais tout de même souhaité vous faire remarquer qu'il n'y a pas que la jeunesse qui se retrouve confrontée aux problèmes de l'emploi.

Les "seniors" puisque l'on nous appelle ainsi, sommes tout autant victimes des mêmes problèmes avec en plus, une mise au rebut systématique puisque nous semblons ne plus être bons à rien pour la société.

Cela ne laisse pas beaucoup d'espoir. Comment supporter cela quand on a été utile à la société, qu'on a contribué par son travail pendant une trentaine d'années, et qu'en plus on a élevé ses enfants avec les valeurs du mérite et du travail. Personne ne parle de la souffrance, de la désespérance que cela peut être de se retrouver ainsi banni(e), juste pour une question d'âge, d'autant que tout le monde vieillit et que contre cela, personne ne peut rien.

Voilà, je souhaitais réagir car je suis une femme au chômage de longue durée, mon chômage est la seule conséquence de mon âge (55 ans) et je suis contre ce projet de loi car je sais qu'il aggravera la situation des chômeurs et j'aimerais bien faire entendre ma voix.

Nous sommes tous concernés par ce projet de loi, jeunes, vieux, travailleurs, chômeurs, lycéens, étudiants, tous les citoyens.

Attentats ! Ca devient une question d'armée !!!!

Par leteuil Le 14-11-2015 - 13:33

L'armée doit en permanence seconder la police, via la gendarmerie, qui est déjà un corps d'armée ! Les terroristes utilisent des armes de guerre. Il faut utiliser l'armée, nous sommes en guerre ! Seule l'armée peut boucler des quartiers, fouiller massivement les caves, les garages, les faux plafonds, etc.
Mettez notre armée au service de notre paix !!!!!!!!!

Les notes au collège

Par pré fleuri Le 05-11-2015 - 22:08
Témoignage

J'ai quitté le collège en classe de 3éme en juin1969. La professeur de Français pour nous habituer aux classes de 2nde avait à partir de janvier 1969 supprimer les notes et les remplaçait par des lettres de A à E.
A la fin du deuxième trimestre ou au cours du troisième elle avait déjà employé des A+ ou des A- par exemple.
Donc notes chiffrées ou par lettres, ce qui est important c'est la motivation des élèves et la pédagogie des enseignants.

La ville sans vélo

Par patricia Le 02-11-2015 - 11:28
Information

Il faudrait commencer par augmenter la fréquence des transports collectifs et revoir les tarifs.J'habite à Franconville. Entre 9 h et 17 h,il n'y a un seul bus qui met 45 mn pour faire le tour de la ville.
Quand j'emmène mes petits enfants en sortie à Paris,je prends maintenant ma voiture;le train et les bus sont beaucoup trop onéreux.
Je n'hésite pas à prendre mon vélo,l'été,pour les petits trajets.
Dans les alpes maritimes,les cars (1 tous les quarts d'heure)à 1€50 le trajet sont toujours pleins.

Le plaisir solitaire dans Le débat de midi

Par marine Le 29-07-2015 - 13:28
Point de vue

Je suis effarée. Á mon avis il y a toujours beaucoup de tabous autour de la masturbation féminine. J'ai fait du lobbying auprès d'une pote pour la pousser en se toucher, on avait 20 ans! ça me paraît tardif!

Je me masturbe et je regarde du porno, et si j'en parle librement, les gens sont souvent interloqués. La plupart du porno est mauvais, et j'en regarde mais je m'interroge beaucoup sur ce que je vois.

J'ai parfois du mal à trouver un porno qui me convient parce que ce que je cherche ne constitue pas une catégorie : comme par exemple une pénétration tout ce qu'il y a de plus normale mais avec un fort corps à corps, ou par exemple des trucs de domination mais sans que ce soit ridicule ou terriblement trash.

J'ai lu un article sur l'envers du porno, j'ai mis deux jours à m'en remettre et je n'ai pas regardé de porno depuis. Il est terrifiant de constater que j'ai pris l'habitude de prendre mon pied en regardant des filles qui de toute évidence, ne prennent pas de plaisir..c'est aussi peut-être une des raisons pour laquelle les filles regardent moins de porno..Je ne crois pas à votre histoire de pulsion scopique...tous les comportements sont le fruit de ce que nous autorisent ou non la société.

Voir du porno est vu comme quelque chose de culpabilisant et bizarre pour une fille, mais il y a aussi matière à culpabiliser quand on lit cet article. La catégorie "pour les filles " est une grosse blague qui rejoue les clichés sexistes...

Et les numéros spécial sexe dans les magasines féminins sont une montagne de conneries sexistes qui ne permet pas de libérer les filles mais fait tout l'inverse. J'ai mis longtemps à comprendre que je suis visiblement une exception, au point où je ne m'inclue pas quand je parle des "filles", parce que je n'ai pas besoin de magasines pour jouir et celles qui en auraient besoin ne trouvent pas la matière pour les aider.

A quand des articles qui pensent vraiment aux filles : "masturbation 10 fois par jour: le régime de l'été" ou "le clitoris, quelques millimètres de notre corps pour une infinité de plaisir."

"Faites des économies! n'achetez pas de sex-toys et découvrez le clitoris : pas de panique ça ne coute rien, c'est une partie de votre corps! "



Podcast France Inter On aura tout vu avec Christine Masson et Laurent Delmas
écouter les rediffusions de l'émission