• Par Papillon dans le podcast Libre antenne week-end

    Marre de voir tous ces gens avec leur portable ,des abrutis ,quel monde de fous !!!!

  • Par Anonyme dans le podcast Libre antenne Europe 1

    On ne sait pas jusqu'où a été cet homme avec sa fille mais c'est vraiment étrange de l'entendre dire qu'il est fantastique etc...
    Cette femme s'est isolée avec ses filles, je me demande si elle réalise bien combien ça doit être confus pour elles. Quand elle dit qu'elle parle de tout avec ses filles.... donc les plus jeunes ont été témoins ou sont au courant et malgré cela elle voudrait encore lui laisser? Ok, il se soigne, c'est la moindre des choses, ok il a vécu l'inceste lui-même, ok... Je crois qu'elle devrait un peu s'ouvrir sur l'extérieur, ça doit être bien pesant pour ses gamines de vivre dans cette ambiance.

  • Par Totof dans le podcast L'heure du crime

    Merci pour votre podcast cela me change des perceuses, meuleuses, perforateur, et autres outils pour détruire ou faire du bon taf

  • Par Anonyme dans le podcast Parlons-Nous

    Je n'ai pas le même point de vue que Caroline sur cette histoire. J'ai été choquée que une ou plusieurs assurances-vies des parents adoptifs de Patricia aillent à la cousine, que ce soit la cousine la bénéficiaire. Ils devaient être très riches les parents de Patricia pour qu'elle puisse arrêter de travailler plus tôt, de devenir rentière, de ne pas avoir besoin d'attendre la retraite pour ne plus travailler. Pourquoi ne pas avoir élever la cousine de Patricia comme ils ne pouvaient pas avoir d'enfants au lieu de la laisser à la grand-mère s'ils l'aimaient autant. Cette dame a été contrainte de se marier "avec le premier venu à 18 ans " pour fuir la grand-mère… Et même une amie des amies des parents adoptifs de Patricia passe avant elle pour l'héritage, elle n'est qu'en 3e position, ca doit être blessant, ça montre surtout qu'ils ne l'ont jamais considéré comme leur enfant, qu'il la rejetait plus ou moins. Au-delà de l'argent, il y a une valeur affective dans les héritages. Si elle n'est pas une intellectuelle, c'est évidemment de l'ironie donc la cousine n'aurait pas dû être choquée mais au contraire s'excuser du comportement de son fils. Cette cousine semble bien vulnérable, instable. Elle n'arrive pas à prendre sur elle; elle prend la mouche. Patricia devrait prendre ses distances avec sa vieille cousine et se chercher des amies dans des associations ou dans son voisinage, ou sur le site https://www.onvasortir.com/ qui engage moins, ça lui changera les idées. Elles ne sont pas sur la même longueur d'ondes les deux cousines et on sent une fragilité chez les deux, elles sont assez différentes. Dans les familles recomposées, plus de temps pour les vieilles cousines, il y a tellement à faire. Peut-être que Patricia n'a pas crée de famille pour vouloir maintenir le lien avec cette cousine à tout prix.

  • Par Anonyme dans le podcast Libre antenne Europe 1

    émouvants, mais alors quel couple !

  • Par Anonyme dans le podcast Libre antenne Europe 1

    moi aussi, j'ai ressenti un manque d'intérêt et d'amour pour sa fille, et elle ne parlait que de son attachement au violeur avec qui elle tenait à rester en bonnes relations malgré une plainte, ne pas le laisser seul, le comprendre, etc. Et pourtant à plusieures reprises Olivier lui a demandé comment allait sa fille, si ça avait des consequences sur elle, mais elle répondait qu'elle allait très bien, que tout allait parfaitement pour elle, avant de vite reparler du violeur!

  • Par Anonyme dans le podcast Libre antenne Europe 1

    J'avais de la peine pour cette gamine, car Lulue ne parlait pas d'elle et de sa souffrance, de sa vie peut-être détruite, de sa peine pour sa fille, mais surtout de cet ex, à qui elle voulait pardonner, lui trouver des excuses, rester en relation et lui laisser la garde alternée des enfants. Je n'ai pas entendu de mots d'affection, de peine ou de tendresse pour cette petite victime, mais pour lui, oui.

  • Par Anonyme dans le podcast Libre antenne week-end

    Elle est en burn out et à besoin de se faire aider avant de changer de métier et de choisir un métier où elle n'aura plus un contact direct avec la clientèle. Pour les clients qui jettent des objets à la figure, ils ont un gros problème. Dans une boulangerie, la boulangère m'a jeté un pain dans le visage et la poitrine il y a quelques années pendant le rush de Noël et pas un mot d'excuse. Elle a récidivé peu de temps après sur une autre cliente qui elle non plus n'a pas réagi, et les clients non plus. Un client aurait fait ça à cette dame plusieurs fois, il y aurait eu les forces de l'ordre et peut-être un internement. La violence se banalisé, l'alcool et la drogue n'y sont pas pour rien, ils desinhibent. Dans notre société multiculturelle, nous sommes en train d'adopter les valeurs de ceux que nous accueillons.

  • Par Anonyme dans le podcast Libre antenne week-end

    Elle est en burn out et à besoin de se faire aider avant de changer de métier et de choisir un métier où elle n'aura plus un contact direct avec la clientèle. Pour les clients qui jettent des objets à la figure, ils ont un gros problème. Dans une boulangerie, la boulangère m'a jeté un pain dans le visage et la poitrine il y a quelques années pendant le rush de Noël et pas un mot d'excuse. Elle a récidivé peu de temps après sur une autre cliente qui elle non plus n'a pas réagi, et les clients non plus. Un client aurait fait ça à cette dame plusieurs fois, il y aurait eu les forces de l'ordre et peut-être un internement. La violence se banalisé, l'alcool et la drogue n'y sont pas pour rien, ils desinhibent.

  • Par Anonyme dans le podcast Libre antenne Europe 1

    Je suis le mâle qui veille la nuit à attendre vos réponses, et je ne vous ai pas oubliées. Vous n'êtes pas seules, mais nous sommes tous ensemble avec, aussi les auditrices et auditeurs qui écoutent. Parfois j'interviens incognito, et je vais essayer de résumer et conclure cette histoire d'âge, d'une façon plus cavalière ! en vous souhaitant avant, à vous et à Olivier que j'aime beaucoup aussi, mais avec le coeur et non l'intellect :
    " Au fait, vous avez quel âge ?"
    Et ta soeur ? "