La radio en direct et en rediffusion sur votre ordinateur
1044
Arte Radio

Reportages, Témoignages et Bruits pas sages.


Les derniers articles Arte Radio

Le Gladiateur

13-05-2021
Norman Lasker aka Paraisy, un champion de MMA fin et sensible Norman Lasker, mieux connu sous le nom de Norman Paraisy, est né le 7 janvier 1986 à Paris. Fils d'une professeure de latin-grec d'origine polonaise et d'un ouvrier d'origine haïtienne, il grandit élevé par sa mère dans le quartier de Strasbourg-Saint-Denis à Paris. À 16 ans Norman découvre le MMA (art martial mixte ou free fight) et tombe amoureux de ce sport sulfureux, alors interdit en France, qu?il va pratiquer aux quatre coins du monde pendant 17 ans. Le résultat ? 22 combats, 15 victoires, un joli palmarès et un statut de pionnier d'une discipline longtemps méconnue. Parfaitement lucide sur ce sport, son image parfois choquante et sur la rudesse des préparations qu?il réclame, Norman revient sans fard sur son parcours. Donc sur la peur, les douleurs et les sacrifices qui mènent à la cage où a lieu ce défi de puissance entre deux hommes, qui rappelle sur bien des points l'époque des gladiateurs. Loin du cliché du bad boy, parlant 4 langues, amoureux des livres et des voyages, Norman a connu les beaux hôtels, les grandes victoires, un milieu parfois inquiétant, l'argent, les blessures et les lendemains de défaites. À 34 ans, il tourne la page sur sa vie de boxeur et change de nom pour porter celui de sa mère. Aujourd'hui, il a pour la première fois de sa vie un statut. Norman est acteur et retrouve sur les plateaux l'adrénaline qu'il aime tant, loin de la cage et des coups. Il a pu participer à la saison 8 de la célèbre série "Engrenages" et sera à l'affiche de La Fracture, nouveau film de la réalisatrice Catherine Corsini. MMA : 22 combats, 15 victoires, 4 défaites, 2 nuls, 1 no-contest. Palmarès : Champion - 84 kg du Strength & Honor Championship (SHC) - Champion - 84 kg du Fighting Marcou Challenge (FMC) - Champion - 84 kg du Pancrace Fighting Championship (PFC) - Contender pour la ceinture des - 84 kg du Cage Warriors Fighting Championship (CWFC) Enregistrements : 2020 - Entretien et montage : Antoine Molkhou, Julien Veniel - Réalisation, musique originale et mix : Charlie Marcelet - Jingle : Sable émouvant par Vadim Svoboda - Sons additionnels : "Dans les gants" par A. Mognol - Illustration : Capucine Mattiussi - Production : ARTE Radio

Sur la vie de ma mère

15-04-2021
Ma mère africaine immigrée m'a appris l'indépendance et le féminisme Comment une femme de ménage analphabète née en Guinée-Bissau, immigrée en France dans une cité de banlieue, a pu transmettre à ses enfants des valeurs d'indépendance et de féminisme. En parvenant à travailler contre l'avis de son mari, en élevant cinq enfants avec fierté et rigueur, la mère de Liz Gomis a fait éclore chez sa fille des valeurs d'accomplissement personnel et de féminisme sans en connaître la théorie. Récits croisés et échange entre mère et fille autour d'un parcours remarquable.  "Je m'appelle Liz Gomis. J'ai grandi dans les années 90 aux Mureaux dans les Yvelines. Je suis journaliste. J'ai travaillé chez Canal + et France 4, beaucoup pour Radio Nova, et aujourd'hui j'ai lancé mon propre magazine dédié aux villes africaines. J'ai un parcours assez atypique. J'ai toujours suivi mon instinct. J'ai pu fouler les planches de l'Apollo Theater à New York comme je me suis retrouvée en voyage officiel dans l'avion présidentiel de Macron. Mais je ne suis pas là pour raconter une histoire d'ascension sociale comme on les aime à la télé, genre « de la cité à l'Elysée », non. Parce ce que c'est beaucoup plus nuancé. En vérité, je crois que mon parcours je le dois à ma mère : Emilie Gomis en VF, Amilia pour la version immigrée. Une femme pauvre si on parle sociologie. Une combattante, une femme indépendante et courageuse, une féministe qui s?ignorait et qui m'a transmis les bonnes clés pour avancer sereinement. Je lui dois beaucoup et c'est de cela dont je veux parler aujourd'hui." Liz Gomis travaille pour la radio (Nova) et la télévision. Elle a réalisé la série "Africa Riding" sur le skate et les sports de glisse en Afrique pour ARTE Web et prépare une nouvelle série sur les personnes LGBT en Afrique. Cet hommage à sa mère est son premier podcast personnel.  Vidéo : entretien avec Liz Gomis à la Maison de la Poésie Enregistrements : 2017-2020 - Prises de son : Liz Gomis, Sara Monimart - Entretien : Silvain Gire - Musique originale & mix : Charlie Marcelet - Réalisation : Sara Monimart, Silvain Gire - Illustration : Julien Pacaud - Production : ARTE Radio

Mon père est sur écoute

1-04-2021
Mon père souffre de délires de persécution Un fils doit gérer les délires de persécution dont souffre son père de 55 ans. De la confrontation de leurs réalités naît une relation complexe et délicate, tour à tour conflictuelle, drôle ou émouvante. Ce documentaire nous plonge dans leur intimité, ponctuée de coups de téléphones, de témoignages de psys et d'entretiens avec une association de proches aidants. Un cheminement qui interroge notre rapport à la souffrance mentale d'un proche, avec une très grande délicatesse dans la prise de son et le montage de différents plans sonores. Et qui évoque au passage les questions de marginalité, de mal logement, de confinement (un tout petit peu), de la misère des hôpitaux psychiatriques, de Jésus Christ, de Marine Le Pen et des musiques d'attentes.  Un documentaire réalisé dans le cadre de la résidence radio Si Loin Si Proche animée par Mehdi Ahoudig. Remerciements : Mehdi Ahoudig, Radi'Olive, RadioLà, Radio Saint Ferréol, l'UNAFAM26, le (psy)trialogue, Agnès et Guillaume de l'hôpital Sainte Marie Drôme Ardèche.   Enregistrements : avril-septembre 20 - Réalisation : Théo Fortunato - Mise en ondes & mix : Charlie Marcelet - Musique : Oöphoi "Space Forest", Superfishmann "P'tit père" - Illustration : Lucie Albrecht - Production : ARTE Radio

Mon père de Marx à Muhammad

11-03-2021
Dialogue rare entre un père immigré et sa fille Juliette grandit dans une petite ville du Nord de la France entre un père Marocain musulman et une mère française athée. Après sa classe préparatoire à Paris, elle prend ses distances avec une éducation parfois rigoureuse. Alexandrie, New York, Dakar : entre son père et elle, les kilomètres ont scellé le silence. Mais lorsqu'il lui a dit : "Reviens et je te raconterai ma vie", Juliette est rentrée. Au fil de ses questions, le prof retraité déroule pour elle sa jeunesse marocaine : l'école coranique au village, les moqueries essuyées au collège, les bières sifflées au lycée pour "braver les interdits". Mais aussi les idéaux révolutionnaires de l'étudiant de gauche qu?il a été avant de se rapprocher de son identité religieuse (?Ce n'est pas parce que je suis musulman que je ne suis pas dans la lutte des classes"). Dans ce dialogue empli d'amour, de non-dits et de conflits réprimés, un père "déraciné" (?Je suis déraciné, donc je peux vivre dans un pot !?) invite sa fille à visiter son passé. Juliette Jabkhiro est journaliste et productrice de podcasts. Enregistrements : juillet, août et septembre 20 - Texte, voix, prises de son : Juliette Jabkhiro - Mise en ondes, musique originale et mix : Samuel Hirsch - Chanson : "Inas Inas" de Mohamed Rouicha - Illustration : Elliot Raimbeau - Production : ARTE Radio

Le prince et moi

4-03-2021
Drogues, sexe et animaux exotiques Pendant trois ans, Charly* a travaillé dans une conciergerie de luxe non loin des Champs-Élysées. Son job : exaucer les moindres désirs de ses clients, parmi lesquels des dignitaires de la famille royale saoudienne. 24/24h, sept jours sur sept. Traverser tout Paris pour amener des petites culottes à la princesse ? Sitôt dit, sitôt fait.  Dénicher des animaux exotiques pour amuser un prince fantasque ? Oui, votre Altesse ! Dépenser des milliers d'euros pour assouvir les fantasmes sexuels de ses riches employeurs ? Tout de suite, votre Magnificence ! Pendu jour et nuit à son téléphone, Charly satisfait des caprices de plus en plus insolites. Il découvre aussi les vices d'un monde très fermé où l'argent abolit tout : la loi, la morale et même l'humanité. *Le prénom a été modifié François Oulac est journaliste et créateur de podcasts (Le tchip). Enregistrement : 16 septembre 2020 - Réalisation : François Oulac, Charlie Marcelet - Mise en onde & mix : Charlie Marcelet - Illustration : Chez Gertrud - Production : ARTE Radio

La prison dans la peau

21-01-2021
Paroles d'un surveillant enfermé Alexandre est surveillant pénitentiaire depuis 20 ans. Fils de maton, la prison est sa maison, son repaire, son jardin bien gardé.  Il la raconte de soin point de vue : entrez dans la tête d'un maton. Je m'appelle Alexandre et je vis en prison (« On sait quand on rentre, on sait pas quand on ressort »). Petit, j'ai vu mon père (« Mon père a gardé Mesrine ») puis mon frère habiter ces couloirs et ces cours de promenade. Alors, en dépit de mon passé de commercial (« Je voulais pas le faire, ce métier » ), me voici à mon tour surveillant pour l'administration pénitentiaire (« Comme chez les flics, on a un taux de suicide assez important »). Après des années enfermé, ma vision de la vie a changé et j'ai pas mal de choses à raconter : sur les détenus (« Je vais pas mettre une personne qui fait partie des gens du voyage avec un Maghrébin »). Sur leurs peines (« Y?en a un qui a carrément mis le feu à sa cellule pour rigoler, il en est mort »). Sur le cannabis (« Demain y?a plus de shit en prison, t?es mort. Le mec quand il fume son bordel, derrière il est calme et il te casse pas les bonbons »). Sur les conditions de détention (« On dispose de 5-6 douches pour 50 personnes »). A force de vivre devant des barreaux d'acier, mon caractère a changé. À l'instar des bandits que je surveille, la prison m'a rendu sec. Et pourtant, « La prison, ça doit être le dernier moyen de contrainte ». Enregistrements : 11 juillet 20 - Entretien & montage : Basil Burté et Killian Bonamy  - Réalisation et musique originale : Arnaud Forest - Illustration : Jeeraf- Production : ARTE Radio 

Bouffées de chaleur

14-01-2021
Rions un peu avec la ménopause À l'arrivée de tes premières règles, à 13 ans en moyenne, te voilà devenue femme, ma fille? Et cela jusqu?à ta ménopause - en grec dans le texte, « arrêt des règles » - qui te tombera dessus autour de la cinquantaine. Un mini-évènement intime que Valérie découvre accompagné de bouffées de chaleur à répétition. Pourquoi ne lui en a-t-on jamais parlé ? Pourtant 14 millions de Françaises sont ménopausées. Environ un quart de ces femmes vivent ou ont vécu des effets secondaires physiques gênants, voire handicapants, ou même flippants. Le sujet n'est plus si tabou : les réseaux sociaux regorgent de conseils pour bien vivre sa ménopause, de forums et de blogs de ménopausées épanouies? Les laboratoires pharmaceutiques vendent des hormones se substituant à celles que nos corps ne fabriquent plus. Comme ça ne lui suffit pas, Valérie mène sa petite enquête : au théâtre de la Madeleine pour une comédie musicale intitulée « Ménopause », puis auprès de sa famille, de ses amies, d'une gynécologue spécialisée. Elle croisera quelques baleines, l'autre animal ménopausé, mais aussi des Japonaises qui la vivent mieux, et comprendra que la ménopause n'est que la pointe émergée de l'iceberg. Derrière ce phénomène naturel se cache un phénomène social : la manière pas toujours joyeuse dont nous considérons l'entrée des femmes dans la vieillesse. Vous l'aurez compris, Valérie Ganne est récemment ménopausée. Journaliste, elle a longtemps travaillé pour la presse cinéma, papier et internet. Elle a réalisé un documentaire et un web-documentaire, a co-écrit des livres sur le féminisme et sur le cinéma d'animation français. "Bouffées de chaleur" est son premier podcast. Avec la participation de Christine Khandjian, Dominique Magloire, Marianne Viguès, Marion Posta, comédiennes ; de Danielle Hassoun, gynécologue obstétricienne ; des douze amies du Women Forum ; de Chantal et Robert, Victor, Isabelle, Sedef, Gladys.Merci à Stella Pire, à Benoît, et à l'atelier Podcasts d'Émergence où ce podcast a été initié. Biblio :- Françoise Héritier, "Masculin Féminin", Éditions Odile Jacob- Daniel Delanoë, "Sexe, croyances et ménopause", Hachette Littératures- Cécile Charlap, "La fabrique de la ménopause", CNRS Editions Enregistrements : juin, octobre, 16 novembre 2020 - Réalisation : Arnaud Forest - Texte et voix : Valérie Ganne - Illustration : Virginie Berthemet - Musique : Victor Bertin - Production : ARTE Radio

Renaud de toi

17-12-2020
Lettre énervée pour chanteur énervant Klaire fait Grr a un chanteur préféré. Il est un peu en colère, un peu populaire, un peu picon-bière. Ou plutôt, il l'a été, et puis quelque chose a foiré. Alors elle lui écrit une lettre d'amour au vitriol. Faut dire, peut-être qu?être adulte, c'est brûler ses idoles, mais Renaud était pas obligé de fournir les allumettes et d'avaler un shot de pétrole. Chansons de Renaud :Morgane de toi, Marchand de cailloux, Hexagone, Société,  Le petit chat est mort, Fatigué, La médaille, Chanson pour Pierrot, Il pleut, Où c'est qu?j'ai mis mon flingue, C'est quand qu?on va où, J'ai raté Télé-foot, Tu vas au bal et...  Corona Song. Autres chansons :Mon vieux (Daniel Guichard), Pour que tu m'aimes encore (Céline Dion), Quand on a que l'amour (Jacques Brel), Avec le temps (Léo Ferré), Dis, quand reviendras-tu (Barbara), Symphonie n' 40 en sol mineur (Mozart), My heart will go on (Céline Dion) et L'hymne des femmes. Enregistrement : 4 décembre - Texte, voix, réalisation : Klaire fait Grr - Mix : Charlie Marcelet - Voix : Guillaume Meurice (le vieux con), Sabine Zovighian (la mère) - Illustration : Pauline Aubry - Production : ARTE Radio

Comptines cruelles

15-12-2020
Sexe et torture, les belles comptines de notre enfance Savez-vous que « Une souris verte » et « Jean Petit qui danse » racontent, sur un rythme joyeux, des tortures ? Tandis qu? « Au clair de la Lune » et « Gentil coquelicot » sont des métaphores à peine voilées de rapports sexuels ? Transmises de génération en génération depuis des siècles, les comptines pour enfants font partie de notre patrimoine culturel et sont profondément ancrées dans notre imaginaire collectif. On les connaît par coeur, et on ne s'attarde pas sur leurs paroles parfois étranges. Sabrina Seddiki, réalisatrice TV, s?est interrogée sur le sens de ce qu?elle chante tous les soirs à ses deux enfants. Marie-Claire Bruley, psychologue et auteure de plusieurs ouvrages sur la littérature jeunesse, décrypte ici le sens caché de ces comptines, en dévoile les origines, et apporte un éclairage sur ces vers mystérieux. Qu?il faut, malgré leur sens équivoque, continuer à chanter aux enfants pour les faire bien grandir... Enregistrements : septembre 20 - Entretien : Sabrina Seddiki - Réalisation : Samuel Hirsch - Production : ARTE Radio

L'écho du Bataclan

10-11-2020
Comment le massacre du 13-novembre témoigne de notre rapport au son Cinq ans après les attentats du 13 novembre, des rescapés du Bataclan racontent comment leur rapport au son fut blessé ce soir-là. De leur amour de la musique live au traumatisme subi, du vécu post-traumatique à la reconstruction personnelle, leurs récits résonnent avec les plus récentes recherches en matière de son et de musique. Dans L'écho du Bataclan, plusieurs survivants racontent ce qu?ils ont vu... mais surtout entendu. Car le traumatisme fut aussi sonore, attisé par les déflagrations, les cris, les râles, un indescriptible chaos assourdissant qui a pulvérisé tous leurs repères. Par la suite, le stress post-traumatique a pu altérer leur écoute et leur rapport au son ? et donc au monde. Le moindre bruit soudain, intense ou percussif, les faisait replonger dans un état de stress aigu et incontrôlable. Dans ce bouleversement profond de leurs émotions, de leur rapport aux autres et à eux-mêmes, la musique est restée pour beaucoup un repère, voire un dérivatif vital à leurs angoisses. Leur parcours tend à nous révéler le rôle essentiel du sonore dans nos vies.   Recueillis par Jérémy Leroux et mis en forme avec Samuel Hirsch, ces témoignages essentiels sont commentés par des chercheurs et experts du son. En faisant dialoguer ces récits intimes avec les éclairages de musicothérapeutes, ethnomusicologues, acousticiens ou philosophes de la musique, ce podcast propose une réflexion sur le rôle du son dans nos sociétés ainsi qu'un voyage dans l'univers du sonore qui permet de retrouver un peu de lumière. De la grotte préhistorique à l'enfer du Bataclan, le chant et la musique sont d'éternels témoins de notre humanité. Les rescapésFranck (41 ans), Virginie (43 ans), Gabrielle (35 ans) et Jean-Camille (34 ans). Tous sont adhérents de l'association Life for Paris.Les chercheurs- Arnaud Norena, chercheur en neuroscience au CNRS, spécialiste de l'hyperacousie et des acouphènes- Anthony Brault, psychologue clinicien et musicothérapeute- Dana Rappoport, ethnomusicologue au CNRS, centre Asie du Sud-Est (CNRS, EHESS, Inalco)- Iégor Reznikoff, professeur émérite de philosophie à l'université Paris X, spécialiste du chant antique, auteur de « La dimension sonore des grottes paléolithiques et des rochers à peintures »- Francis Wolff, professeur émérite de philosophie à l'Ecole normale supérieure de la rue d'Ulm, auteur de « Pourquoi la musique ? »L'auteur Depuis 10 ans, Jérémy Leroux travaille comme chef monteur de films documentaires pour la télévision et le cinéma. Ces expériences ont peu à peu développé son goût pour la matière sonore. L'écho du Bataclan est le fruit de 4 années d'écriture et de rencontres. C'est aussi son premier travail en tant qu'auteur. Penser l'impensable, par Jérémy LerouxLife for Paris, une des associations constituées après le 13 novembre, m'a donné la possibilité de présenter ma démarche à ses adhérents. Rapidement plusieurs personnes m'ont contacté, qui toutes étaient présentes au Bataclan. Les échanges que j'ai pu avoir avec chacune d'elles ont apporté un véritable ancrage à mes réflexions. Oui, l'expérience du trauma donnait une part importante au sonore. Certaines victimes n'ont d'ailleurs quasiment rien vu. Oui, le traumatisme s?exprime presque avant tout par une altération de l'écoute. N'importe quel bruit soudain, intense et percussif, fait replonger la victime dans un état de stress aigu et incontrôlable. Leur écoute du monde a changé. Et oui, la musique agit pour eux comme une fragile continuité d'existence, contenant souvenirs et émotions, et se révèle parfois aussi nécessaire que l'amour d'un proche. Mais comment retrouver l'esprit de fête associé aux Eagles of Death Metal ?Au gré de mes recherches et de mon écriture, j'ai pu rencontrer des chercheurs explorant différents champs du sonore. Ils sont musicothérapeute, philosophe, chercheur en neuroscience, ethnomusicologue. J'ai pu constater une démarche commune à celle des victimes : le besoin de comprendre. Explorer les domaines liés au son semble répondre à une nécessité intime, à une part d'eux-mêmes enfouie mais qui vibre très fortement. Mon ambition n'est pas simplement de transmettre leur pensée, mais le besoin sourd qu'ils expriment à travers elle.Dans mon esprit, un curieux dialogue s'est peu à peu instauré entre les chercheurs et les victimes, chacun éclairant la problématique de l'autre. Voilà pourquoi j'ai souhaité mettre en sons un récit choral, où chaque rencontre s'enrichit de la précédente.L'objectif du podcast est d'appréhender un événement surréaliste, de représenter l'irreprésentable. Travailler sur le sonore permet d'aborder et d'absorber le choc. Le sonore, c'est du concret qui rencontre également l'invisible : ce qui nous donne vie, ce qui nous lie, ce qui fait sens. Ce projet m'a appris la fragilité de l'écoute, et toute son importance. Enregistrements : octobre 2017, septembre 20 - Entretiens et montage : Jérémy Leroux - Réalisation, musique originale et mix : Samuel Hirsch - Illustration : Zaven Najjar - Production : ARTE Radio

Vous êtes sur la page pour écouter Arte Radio en direct