Écouter et télécharger
les émissions podcast Europe 1


Vous pouvez églament trouver votre émission avec la Liste des animateurs

Émissions par animateurs

Voir en pleine page
Recherchez dans la liste en tapant un mot clé

Émissions Europe 1 par genres

Les derniers commentaires des internautes auditeurs

Sujet du bac


Oui bon sujet. L'année de mon bac c'était "est on plus libre en obéissant aux lois de la cité qu'en obéissant à nous même?". Les années passent et on en revient toujours à la même chose, en résumé, on s'interroge sur l'humain fasse au bizness.et au système. Des interrogations de toujours mais que cette période covid a réveillé. Certains vont faire leur chemin profitant des opportunités de l'époque actuelle, internet et les RS. Certains se filmerontbrour sourire au quotidien avec leur famille pour obtenir des vues YouTube, quitte à se foutre en l'air quand les RS seront trop harcelants, d'autres resteront sur le carreau se sentant totalement décalés et n'oseront à peine sortir de chez eux. Au final... chacun est prisonnier du chemin qu'il a pris s'il ne lui convient pas et à bien du mal à en sortir. Je ne sais même pas pourquoi j'écris ça ici. C'est juste mon ressentit sur ce qui m'entoure et sur moi-même aussi. Nous vivons une époque formidable !

ça pourrait aller mieux


Le système de soins va mal c’est une réalité. Et les malades en font forcément les frais. Le problème des déserts médicaux en est le symptôme le plus évident. J’ai bien aimé l’expression employée dans le documentaire d’Elise Lucet d’il y a quinze jours : « A Biarritz il y a plus de médecins que de surfers » c’est un peu caricatural (mais pas tant que ça) et provocateur mais elle résume bien la situation. Tout le monde se rend bien compte que ce à quoi on fait face c’est la médecine à deux vitesses qui gagne toujours un peu plus de terrain. C’est bien ça qui est désespérant surtout quand on l’a connue plus humaine et moins bureaucratique. Il faudrait donner ce sujet aux épreuves au bac et dévoiler les réponses… ;-)

Comment allez-vous?


Je ne sais pas si c'est l'époque, le covid, etc... mais en ce moment on ne parle que de maladie la Libre Antenne ne fait pas exception. Si on se met tous à appeler la radio pour parler de nos maladies et celles de nos proches ça va être gai. On a tous besoin de parler et de raconter nos mésaventures dans le milieu médical, surtout en ce moment, les soignants ont été mis à rude épreuve et ceux qui se sont trompés d'orientation qui n'étaient pas sympas avant sont devenus horribles. Il faut voir comme on nous parle, on a l'impression d'avoir 10 ans dans certains services ou alors de ne pas mériter d'être soignés... dommage pour les soignants qui s'impliquent dans leur boulot. Bref, je ne vais pas épiloguer sur "la maladie" et ce serait peut-être pas mal pour nous tous d'entendre autre chose aussi. Restons positifs ;-)

Omicron


Effectivement il circule beaucoup. Je l'ai eu pour la première fois. Température + un peu mal de tête pendant 1 jour et 1 nuit. Rien de bien méchant.

LOL


LOL

Cette dame avait peut-être l'habitude de régler ses


Cette dame avait peut-être l'habitude de régler ses affaires par connaissances. Ces pratiques sont de moins en moins possibles et c'est tant mieux.

Catherine Blanc


Ohhh oui. Ils peuvent appeler Catherine Blanc. Personnellement j'aime bien que ça change d'animateur de temps en temps.

Omicron


En effet en ce moment le omicron circule partout c'est hallucinant comme.il est contagieux. Jusqu'à présent je ne connaissais personne qui avait eu le covid (je suis en province) et depuis Noël ça n'arrête pas. Heureusement pas de façon grave, tous ceux que je connais étaient vaccinés... Les astrazeneca en 1ère dose ont eu Moderna pour les doses suivantes ou Pfizer selon les cas. Restons positifs, le convid nous aura appris l'alphabet Grec!

Emission tv


Je ne crois pas l'avoir vu à la tv. C'est peut-être des interviews qui n'ont pas été diffusés. Oui bizness is bizness

Non non


Ce ne sont bien sûr pas de nouvelles émissions, juste le recyclage des vieux numéros. Il faut savoir tirer de l'argent jusqu'au bout.